"HADJINE ET LES MASSACRES DES ARMENIENS" par Rose Lambert, missionnaire américaine.

Publié le par Le Cercle d'Ecrits Caucasiens


                 PREFACE POUR LA PRESENTE TRADUCTION


      Les massacres de plus de 30.000 Arméniens de Cilicie en avril 1909 restent encore à ce jour assez méconnus, bien qu'ils aient révélé dès ce moment le vrai visage du régime jeune-turc arrivé au pouvoir en juillet 1908 pour apporter soi-disant la liberté, la justice et la fraternité par des réformes profondes dans l'Empire ottoman, dont toutes les nationalités, et les chrétiennes en particulier, avaient besoin, et aient annoncé d'autres bains de sang à venir.  Ils furent en effet occultés par les troubles politiques incessants dans l'Empire ottoman à la même époque jusqu'à la veille de la Première guerre mondiale et par l'ampleur et la barbarie inégalée du génocide des Arméniens en 1915-1918 et de ses conséquences sur la nation arménienne et sur le futur du Proche-Orient.
      Ils annonçaient ce génocide.  Si certains cercles dirigeants et intellectuels en Europe, et même arméniens dans l'Empire ottoman, par sympathie pour le nouveau régime jeune-turc "réformateur", avaient attribué au début ces massacres au fanatisme musulman, la responsabilité des leaders du Comité Union et Progrès ne devait plus laisser de place au doute une fois les enquêtes faites sur le terrain.
      Le projet initial, du moins prétendu comme tel, des Jeunes-Turcs était d'importer dans l'Empire ottoman sinon le modèle parlementaire occidental, du moins celui d'une monarchie constitutionnelle.  Seulement, le contexte multiracial, multireligieux et multiculturel dans l'Empire ottoman était très différent de celui des Etats occidentaux.  Cette diversité, présentée comme un obstacle à la réalisation des "ambitions réformatrices" des Jeunes-Turcs, allait très vite justifier le centralisme effréné et surtout la fusion des races prônés par ceux-ci, au besoin par la mise au pas et l'élimination des nationalités les plus récalcitrantes, chrétiennes en premier lieu.
  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article